003 | Diablo 3, retour sur la bêta-test

All great things require great dedication. [Chuck Norris]

003 | Diablo 3, retour sur la bêta-test

Vendredi dernier vers 11h du matin, j’ai appris que la compagnie de jeux vidéo Blizzard allait donner libre accès à leur troisième opus de la série Diablo à partir de minuit le soir même. Cette nouvelle, quoiqu’un peu à la dernière minute, m’a accrochée par le bras et m’a susurrée à l’oreille que je n’aurais pas vraiment de temps libre en fin de semaine. Bon, il faut aussi comprendre qu’on ne m’a pas vraiment tordu un bras. Après tout, ça faisait dix ans qu’on n’avait pas pu mettre la main sur une quête supplémentaire de ce monde infernal. Ni une ni deux, le téléchargement d’un peu plus de 3Go était commencé.

Évidemment, par curiosité, je n’ai pas été capable d’aller me coucher avant de l’avoir testé un peu. Je me suis donc connecté vers minuit sur leur serveur habituel, Battle.net, pour découvrir une interface similaire à celle que l’on retrouvait dans les premiers jeux de la série. Évidemment, qui dit création d’une nouvelle partie de Diablo dit aussi création d’un premier personnage. Depuis des mois, je me bouche les yeux et les oreilles afin de me garder la plus grosse quantité de surprises possible. Je vous le dirai franchement, ça en aura valu la peine.

On a donc la possibilité de se créer un barbare, un chasseur de démon, un moine, un sorcier docteur ou un magicien. Petit rajout par rapport à Diablo II, on peut choisir le sexe du personnage. Vient ensuite à savoir comment on le nomme, ce personnage. Le mode «Hardcore» est toujours possible, sauf qu’au lieu de perdre tout votre équipement lorsque vous décédez.. eh bien il faut savoir que décéderez réellement (vous ne pourrez plus jouer avec le personnage, il est mort, mort et re-mort). C’est un peu intense, mais c’est aussi le but du mode «Hardcore». Prêt à commencer? On y va!

Illustrations de Diablo III

Donc pour se qui est de l’histoire, je n’en parlerai pas ici pour ne pas gâcher de surprises à ceux et celles qui n’étaient pas aussi pressés que moi d’y jouer. Je vous présenterai donc mon avis général de ce qui ressort de mon expérience d’en fin de semaine.

Déjà, le niveau de qualité visuelle du jeu est impeccable. J’avais tellement peur que cette suite présente les couleurs phosphorescentes et cartoonesques de World of Warcraft. Bien au contraire, l’équipe de Blizzard a fait du bon boulot. Le jeu garde sont esprit plus délabré, ténébreux, sale et effroyable.

Il y a quelque modifications que j’ai notées qu’il me paraît bon de mentionner. Tout d’abord, on n’a plus besoin de cliquer à répétition sur les millions de pièces d’or pour les ramasser, il ne suffit que de se déplacer au-dessus de celles-ci et l’affaire est Ketchup (note: évidemment, se n’est pas le cas pour les objets que l’on trouve puisque cela pourrait surcharger inutilement et trop rapidement votre inventaire).

Ensuite, il n’y a plus qu’une seule touche pour se servir des potions de guérison. Et là je vous entend déjà dire «Mais c’est insensé, comment je vais faire pour survivre..», mais le jeu est assez bien balancé de ce côté-là et vous avez la possibilité de temps à autre de trouver des bulles rouges sur les corps de vos ennemis qui vous permettront de reprendre des points de vie.

Aussi, tous les personnages n’ont pas de Mana. En fait, le terme utilisé varie selon la classe de personnage choisie. Pour le barbare, c’est la rage. Pour le moine, c’est de l’esprit. Pour le sorcier docteur, c’est du mana. Pour le magicien, c’est le pouvoir des arcanes et pour le chasseur de démons, c’est un mélange de haine et de discipline. Ça ne change pratiquement rien au jeu, mais j’ai trouvé intéressant qu’ils enlèvent cet élément de magie à tout ceux qu’y ne devrait pas en avoir (comme le barbare, entre autre).

Ajouts non négligeables, il n’y a plus de parchemins de ville ou de parchemins d’identification (et Deckard Cain ne le propose plus). Une touche respective leur est donc associée. Aussi, les potions de même type ne prennent pas toute les cases de votre inventaire, mais s’empilent sur la même case. Truc important à savoir pour les potions (et ça rajoute au jeu une touche de réalisme) : il y a un délai de 30 secondes entre chaque prise de potion. L’arbre des compétences n’est plus comme il l’était dans Diablo 2, mais comme il me reste encore quelques trucs à en apprendre je vous invite à aller lire plus d’information à ce sujet sur un site plus officiel. Pour les joueurs de consoles récentes (Xbox 360, Playstation 3, etc.), il y a aussi l’ajout d’accomplissements («achievements») au sein du jeu.
Date de sortie de Diablo III
Pré-commander Diablo III

Mon appréciation générale du jeu est donc très bonne pour le moment. J’en ai reçu quelques commentaires négatifs par-ci par-là, concernant entre-autre la facilité du jeu, mais si on compare à Diablo II les premiers 13 niveaux n’étaient pas super difficiles non plus. J’imagine que ça deviendra beaucoup plus difficile par la suite, sinon on se reprendra dans les deux autres niveaux de difficultés («Cauchemar» et «Enfer»). Il ne faut pas oublié que Blizzard nous garde aussi sûrement une ou deux expansions pour les années prochaines.

Je n’étais pas convaincu que le studio allait réussir à faire un Diablo III à la hauteur de mes attentes, mais après cette fin de semaine de folies, mon jeu est commandé. On se retrouve sur le serveur à partir du 15 mai?
Logo de Battle.net
Se connecter sur Battle.net


Leave a Reply